Ciel et espace

Ciel et espace, au sens très large et humoristique.

Je passe ma licence d’aviation privée (Private Pilot Licence, FAA) aux USA, en 1982


Je fais la grimace car il y a un orage devant moi.
Je passe ma licence d’aviation privée (Private Pilot Licence, FAA aux USA, en 1982, validée en France en 1986) au Missouri pour accéder, entre autres, aux paysages fabuleux d’Alaska. A moi les grandes étendues sauvages. Avec mon appareil photo, bien sûr. Je me sens prêt pour « National Geographic ».
Avec l’aile au-dessus du cockpit, les Cessna sont l’idéal pour la photo aérienne. Le Cessna 152 un des avions de tourisme monomoteur biplace le plus populaire du monde, vitesse maxi 204 km/h, train tricycle fixe, hélice McCauley à pas fixe, masse maximale au décollage : 757 kg, autonomie 5H, distance de décollage : 408 m.
Ici dans le petit Cessna 152, lors de mon premier cross-country en solo. Le temps est très mauvais. Je vole en dessous des nuages. J’avais fixé mon appareil photo Nikon F3 dernier cri et son fish-eye 16mm F2,8 sur un pied et assujetti, avec du gaffer, le pied derrière les sièges. Déclenchement à distance avec la commande scotchée au manche.

I get my Private Pilot Licence, FAA, in 1982, (validated in France in 1986) in Missouri, to access, among others, the fantastic Alaskan landscapes. Wilderness, here I come. With my camera, of course. I feel ready for « National Geographic ».
With the wing above the cockpit, Cessnas are ideal for aerial photography. The 152 is the most popular single engine, two passenger planes in the world. Maximum speed 204 km/h, fix landing gear, fix pitch McCauley propeller, take off maximum weight: 757 kg, flight autonomy 5H, runway take of: 408 m.
Here in the small Cessna 152, during my first cross-country solo flight. Weather is bad. I fly below the clouds. I had secured my Nikon F3 and its fish-eye Nikkor lens 16mm F2.8 on a tripod, solidly tapes with gaffer behind the seats. Remote control triggering with the remote attached to the yoke.

I am frowning only because there is a storm in front of me.

 

18 Octobre 2017 : Reportage pour Cathay Pacific à l’aéroport Charles De Gaulle.

Le Boeing 777 ou B777, souvent surnommé triple sept dans le milieu aérien, est un avion de ligne gros porteur, long courrier et biréacteur construit par la société Boeing. Entré en service en 1995, il est le plus grand biréacteur au monde, avec une capacité de 300 à 550 passagers et une distance franchissable variant de 9 695 à 17 370 km selon les modèles. Il est reconnaissable par le grand diamètre de ses turboréacteurs GE90, ses six roues sur chaque train d’atterrissage principal et son fuselage de section circulaire se terminant en forme de lame.
Face à la montée en puissance de la concurrence durant les années 1980, Boeing innova pour développer cet appareil en établissant un partenariat avec huit grandes compagnies aériennes et en concevant intégralement l’avion par ordinateur. L’avionneur introduisit à cette occasion des techniques de pointe : une voilure supercritique, des commandes de vol électriques, et un pilotage assisté par ordinateur. Boeing compléta ainsi sa gamme en offrant une capacité intermédiaire entre le 767 et le 747, ce qui permettait le remplacement de modèles antérieurs de gros-porteurs.
En janvier 2015, 1 268 appareils avaient été livrés, faisant de cet avion un succès commercial pour son constructeur. En 2013, il devient le gros porteur le plus vendu dans l’histoire de l’aviation.
Le 777 est connu pour être un avion très sûr. Malgré le nombre d’avions en service, on ne déplore que quatre accidents majeurs. Deux ne mettent pas en cause l’avion, et les deux autres proviennent de causes encore indéterminées.
 
1978-79 : parachutisme lors de mon service militaire dans les Vosges.
Je refais du parachutisme 15 ans plus tard au Canada, près de Vancouver.

Une gloire (connu aussi comme le Spetre de Broken) est un phénomène optique entourant un objet matériel, ayant la forme d’une ellipse aux couleurs de l’arc-en-ciel. Il s’agit d’un ou plusieurs séries d’anneaux colorés vus par un observateur autour de son ombre portée sur un nuage constitué principalement par de nombreuses petites gouttelettes d’eau, sur du brouillardA glory (also known as the Broken Specter) is an optical phenomenon that resembles an iconic saint’s halo about the shadow of the observer’s head. The effect is believed to happen due to classical wave tunneling, when light nearby the droplet tunnels through air inside the droplet and, in the case of glory, is emitted backwards due to resonance effects
22 juillet 2015 : La Géode du Parc de la Vilette
Le 29 mai 2017 : Visite très privilégiée de l’observatoire de la Sorbonne grâce à la Société Astronomique de France. L’observatoire est le dôme vert au dessus de la tour carrée. J’ai fait cette photo dans la rue Saint Jacques.
L’observatoire est le dôme vert au dessus de la tour carrée. J’ai fait cette photo du sommet du Panthéon, il y a quelques mois. A gauche, la Sorbonne, avec l’énorme dôme de sa chapelle.
L’observatoire de la Sorbonne est un ancien observatoire astronomique, situé sur le toit de la Sorbonne, rue Saint-Jacques, dans le 5ᵉ arrondissement de Paris, à 8 minutes à pied de chez moi.
Il comprend une lunette d’observation de 153 mm de diamètre et 2 300 mm de longueur focale construite en 1935. Cette lunette appartient à la Société astronomique de France (SAF).
L’atelier d’optique de la SAF se situe deux étages plus bas. Il est constitué de deux parties, un atelier d’ébauchage, et un atelier de polissage situé sous la coupole qui abritait jadis une lunette méridienne.
 
En hélico pour photographier la première croisière du navire Le Piana, de Split, Croatie à Trieste, Italie avant son itinéraire régulier en décembre 2011.
Le Piana est un navire mixte (ferry / roulier) qui relie actuellement Marseille à Bastia tous les jours pour le compte de La Méridionale. C’est est le plus important des navires de La Méridionale en termes de fret linéaire (garages pour 200 voitures – 2,5 km de véhicules) et le deuxième plus important, après le Girolata, en termes de capacité passagers 700 personnes) de la compagnie Marseillaise. J’ai pris cette photo, comme un selfie, à bout de bras avec mon Nikon D4 muni de l’objectif fish-eye Nikkor 16mm F2,8. Avec la claque de vent et les vibrations de l »hélico, ce n’était pas facile.
Alexandra Penkina : « Trop de chance. » Christian Fournier : « Plus je travail, plus j’ai de la chance !
14 juillet 2015 : une belle nuit étoilée à La Cretouffière, chez Kate et Chris, près de Colombiers-du-Plessis

Hôtel 5 millions d’étoiles. 

J’ai pris cette photo du 56eme étage de la Tour Montparnasse par une belle nuit d’octobre.
I shot this photo from the 56th floor of La Tour Montparnasse during a clear October night.
 
Le 7 janvier 2017 : Avec Frédérique dans la soufflerie de La Villette.

Merci Photoshop et Frédérique.

L’odyssée de l’espace 2025 : La NASA promet « des preuves irréfutables » d’une vie extraterrestre en 2025. De gauche à droite : Kepler 452b2015 l’exoplanète, le cowboy de l’espace Christian Fournier, la CFSS (Chris Fournier Space Station)

Photographié avec l’iPhone 34.


Que le sourire revienne en 2016
May smiles come back in 2016
 
Le 27 septembre 2015 : La lune de sang
Prises de vue et montage intervallomètre : Christian Fournier. Lieu : les locaux de L’AFA (Association Française d’Astronomie) au Parc Montsouris à Paris.
Photos and timelapse by Christian Fournier in Parc Montsouris near Paris.
Dans la nuit du 27 au 28 septembre 2015 a eu lieu une éclipse lunaire exceptionnelle. Le satellite particulièrement près de la Terre sera teinté de rouge et il disparaîtra totalement pendant plusieurs minutes. Les éclipses lunaires totales ou partielles peuvent sembler moins spectaculaires car plus fréquentes que les éclipses solaires totales. Celle qui se déroula dans la nuit du 28 septembre prochain a mérité néanmoins d’avoir les yeux au ciel quelques minutes pour la voir. En effet, il s’agit d’une « super-lune ». L’astre dont l’orbite réalise une ellipse autour de la Terre se trouva très près de nous (363 104 km pour être précis) et a paru plus grosse dans le ciel. Par ailleurs, l’alignement avec le soleil donne à la lune une teinte écarlate particulière. Elle est alors surnommée « Lune de Sang ». C’est la conjonction de ces deux phénomènes astronomiques qui rend l’événement exceptionnel. Ce type d’éclipse se produit rarement et la prochaine visible depuis la France aura lieu en 2033.

I used two Nikon boddies D600. One with a Nikkor 80-200mm F2.8 for the time-lapse and the other with a Sigma 500mm for the close-ups. Both on tripods of course, equipped with Manfrotto micrometric heads. Antivibration, mirror up, noise reduction, remote triggering to avoid shake, drastic exposure bracketing, raw format, lens correction with Lightroom, moon always in the centre of the frame for better lens definition. The sky was very clear and had been for the past two days without a single cloud (rather rare for Paris), the air was crisp, the visibility very sharp (very rare in Paris). During the day, we had a special and unique carless day which reduces pollution (I am not sure it contributed to this exceptional visibility though). We were in a wooded small recreational small park in Paris, with not to much light pollution (for Paris). Not many stars were visible tough.

J’ai utilisé deux boîtiers Nikon D600. Un avec un Nikkor 70-200mm F2.8 pour l’intervallomètre et l’autre avec un 500 mm pour les gros plans. Tous deux sur pieds Manfrotto à têtes micrométriques. Anti-vibration, miroir relevé, réduction du bruit, contrôle à distance pour éviter de bouger les boîtiers, bracketing de l’exposition, exposition toujours inférieure à 4 secondes pour éviter le flou de bougé dû au mouvement de la lune, format raw NEF, correction de l’objectif avec Lightroom, réduction du bruit avec Lightroom. Le cours de la Nikon School sur Lightroom m’a bien été utile. Le ciel était dégagé et ce depuis les deux jours précédents sans nuages (plutôt rare à Paris), l’air était tonifiant (très rare à Paris). Ce même jour, c’était « Paris sans voiture » pour la première fois. Je ne suis pas sûr, mais cela a peut-être contribué à l’exceptionnelle visibilité. Nous étions au Parc Montsouris à Paris, avec peu de lumière parasite. Mais peu d’étoiles étaient visibles.


Frédérique et moi-même irons au décollage de la fusée Atlas V 401, en route vers la planète Mars, en Californie en mai 2018 ! Et nos noms seront gravés sur une plaque déposée sur Mars !
Le Voyager Golden Record est un disque embarqué à bord des deux sondes spatiales Voyager, lancées en 1977. Ce disque de 12 pouces contient des sons et des images sélectionnés pour dresser un portrait de la diversité de la vie et de la culture sur Terre, et est destiné à d’éventuels êtres extraterrestres qui pourraient le trouver.
Tout comme son précurseur la plaque de Pioneer, il s’agit d’une « bouteille à la mer interstellaire », les chances pour que ces disques soient retrouvés étant extrêmement faibles. De plus, s’ils l’étaient, ce serait dans un futur très lointain : les sondes Voyager ne se retrouveront pas à moins de 1,7 année-lumière d’une autre étoile avant 40 000 ans. Donc, plus qu’une tentative sérieuse de communication avec des extraterrestres, ces disques ont un sens symbolique.
Sur le couvercle du vidéodisque est gravé le schéma explicatif du mode de lecture ainsi que les symboles inscrits sur la plaque de Pioneer.
The Voyager Golden Records are two phonograph records that were included aboard both Voyager spacecraft launched in 1977. The records contain sounds and images selected to portray the diversity of life and culture on Earth, and are intended for any intelligent extraterrestrial life form, or for future humans, who may find them. Those records are considered as a sort of a time capsule.
Although neither Voyager spacecraft is heading toward any particular star, Voyager 1 will pass within 1.6 light-years distance of the star Gliese 445, currently in the constellation Camelopardalis, in about 40,000 years.
Carl Sagan noted that « The spacecraft will be encountered and the record played only if there are advanced space-faring civilizations in interstellar space, but the launching of this ‘bottle’ into the cosmic ‘ocean’ says something very hopeful about life on this planet. »
 
La plupart des photos que vous voyez sur mon site sont à vendre,
sauf bien sûr, celles pour lesquelles je n’ai pas d’autorisation de modèles ou de décors.
Contactez-moi pour le savoir

 

Propriété intellectuelle Copyright 2017 Christian Fournier.
Tous droits réservés. L’ensemble des textes, photographies, graphes, fichiers son, fichiers vidéo et fichiers animation fait l’objet d’une protection au titre du droit de la propriété littéraire et artistique et en vertu d’autres lois sur la protection de la propriété intellectuelle. Leur reproduction, leur modification et leur utilisation sur d’autres sites web sont interdites.